Outils pour utilisateurs

Outils du site


fr:infra:notes_sur_infra_de_neutrinet

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
fr:infra:notes_sur_infra_de_neutrinet [2020/12/09 15:10]
celo [Quelques notes sur Proxmox de l'infra de Neutrinet]
fr:infra:notes_sur_infra_de_neutrinet [2021/05/23 19:48] (Version actuelle)
celo
Ligne 29: Ligne 29:
 ## Création d'une machine virtuelle avec Proxmox ## Création d'une machine virtuelle avec Proxmox
  
-**Les machines virtuelles peuvent être créées facilement dans l'interface de Proxmox un peu comme dans VirtualBox**. On peut choisir d'abord sur quel serveur du data center on créé la machine (on ne voit pas Comptoir qui ne gère pas de machine virtuelle)+(MAJ du 23/05/2021)
  
-On choisit ensuite l'OS, la mémoire, un disque dur, l'image ISO, etc... de la VM. On peut demander à Proxmos de simuler un matériel particulier ou d'utiliser les hardware du serveur.+**Les machines virtuelles peuvent être créées facilement dans l'interface de Proxmox un peu comme dans VirtualBox**On peut choisir d'abord sur quel serveur du data center on créé la machine (on ne voit pas Comptoir qui ne gère pas de machine virtuelle). On choisit ensuite les informations pour la machine. On peut demander à Proxmos de simuler un matériel particulier ou d'utiliser les hardware du serveur. **Pour les nouvelles VM de la nouvelle infra, on utilisera la config suivante** : 
  
-**Quemu agent** : Lorsque cette option est cochéecela permet à Proxmox de communiquer avec l'OS. C'est un peu comme dans VirtualBox avec les guests tools. Cela peut servir en cas de backup Proxmos peut demander de figer le disque dur virtuel de la machine pour être certain qu'on obtient un backup consistant+**General** 
 +  * Node (le serveur sur lequel on créé la machinebour ou nam) 
 +  * VM ID : le numéro de la VM (avec lequel elle apparaîtra dans l'interface) 
 +  * Name : le nom complet de la VM, avec son domaine donc nom.cluster.datacenter.neutri.net 
 +  * Ressource Pool : On ne met rien.
  
-**Au niveau du stockage**on peut aussi ajouter des disques durs mais pas utile pour les machines qu'on hébergera ici. Le contrôleur SCSI est redondant avec la carte mèreOn choisit également à ce stade si le stockage se fait sur le disque physique d'Orval ou sur data géré par CEPH.+**OS** 
 +  * Use CD/DVD : on met l'image iso choisie (on utilisera un Debian avec un "preesed spécifique" (ça fait gagner du temps car on ne remplit pas certaines infos à chaque fois, comme les langues, le partionnement, etc., et en plus toutes les VM auront la même config) 
 +  * Guest OS : Type Linux, Version 5.x - 2.6 Kernel (donc les Kernel suppérieur à 2.6)
  
-! Octroyer un disque de 32 Go à une VM ne signifie pas qu'elle prendra toute cette placeSi des données sont supprimées sur la VM, on n'écrit pas de 0 dessus et cet espace est rendu à Proxmox qui sait qu'il peut l'utiliser pour une autre machine, tout en sachant que celle-ci pourra en utiliser 32 au maximum.+**System **  
 +  * Graphic cart : Default 
 +  * SCSI Controller : VirtlO SCSI 
 +  * Qemu Agent : on coche la case. Ce petit programme permet à Proxmox de communiquer avec l'OSC'est un peu comme dans VirtualBox avec les guests tools. Cela peut servir en cas de backup : Proxmos peut demander de figer le disque dur virtuel de la machine pour être certain qu'on obtient un backup consistant
  
-**Au niveau du CPU**on peut octroyer des cœurs ou donner des caractéristiques spécifiques mais on peut aussi utiliser les caractéristiques de la machine physique sur laquelle est installé Proxmox en choisissant host. Donner des caractéristiques spécifiques au CPU peut être utile pour virtualiser un système plus ancien ou si la seconde machine du data center ne disposait pas d'un processeur avec le même jeu d'instruction. Dans ce dernier cas, en effet, il faudrait alors choisir le jeu d'instruction le plus bas pour ne pas créer de conflit lors d'une migration. +**Hard Disk** 
 +  * Bus Device : on laisse SCSI et O 
 +  * Storage : on laisse data (le disque local de la machine, bour ou nam - ou pourrait aussi choisir d'utiliser CEPH ou ajouter des disques durs) 
 +  * Disk Size : le nombre de GB qu'on souhaite donner à la machine 
 +  * Cache : Default 
 +  * Discard : on coche la case (cela permet de rendre de l'espace à proxmox si tout l'espace disque de la machine n'est pas utilisé)
  
-**Au niveau de la mémoire**, contrairement au stockage, il faut s'assurer d'avoir à disposition la RAM qu'on octroie à la machine. Si on donne plus de RAM que disponible, Proxmox va utiliser la swap alors que les machines croiront remplir la RAMCela entraîne des ralentissements+**CPU** 
 +  * Sockets : on laisse 1 
 +  * Cores : le nombre de cœurs que l'on souhaite donner à la machine 
 +  * Type : host (cela signifie qu'on choisit les caractéristiques physiques du CPU de la machine host, mais on pourrait aussi choisir de simuler un matériel particulierDonner des caractéristiques spécifiques au CPU pourrait par exemple être utile pour virtualiser un système plus ancien ou si la seconde machine du data center ne disposait pas d'un processeur avec le même jeu d'instruction. Dans ce dernier cas, en effet, il faudrait alors choisir le jeu d'instruction le plus bas pour ne pas créer de conflit lors d'une migration.)
  
-**Au niveau du réseau**on peut choisir une ou plusieurs interfaces réseau (pour un routeur, on en mettrait deux par exemple).+**Memory** 
 +  * La mémoire RAM qu'on donne à la machine. Contrairement au stockageil faut s'assurer d'avoir à disposition la RAM qu'on octroie à la machine. Si on donne plus de RAM que disponible, Proxmox va utiliser la swap alors que les machines croiront remplir la RAM. Cela entraîne des ralentissements
  
-**Proxmox permet de virtualiser le hardware mais aussi le réseau. On peut créer l'équivalent d'un switch virtuel sur lequel sont connectés tous les câbles des machines virtuelles**. L'avantage, c'est qu'on ait fait 3 ou 50 ports, on pourra ensuite dire à la machine virtuelle de se plugger dessus. On peut aussi faire un switch qui n'est pas connecté à internet si certaines machines doivent parler entre elles mais pas à l'extérieur. Et avoir un switch connecté virtuellement à internet. **Un autre avantage de la virtualisation est ainsi qu'on peut créer des environnements qui sont proches de nos besoins en termes d'isolation ou de communication entre les machines**. Par exemple, on pourrait faire un switch virtuel pour les autres associations, mais qui alors ne sont pas sur le même réseau que les machines de Neutrinet. +**Network ** 
 +  * Bridge : vmbr0 
 +  * VLAN Tag : le numéro du VLAN sur lequel la machine doit être 
 +  * On décoche Firewall (car on utilisera pfSense) 
 +  Model : On laisse VirtlO (paravirtualized)
  
-Pour le moment, on les switch **vmbr0** et **vmbr1**.+On peut choisir une ou plusieurs interfaces réseau (pour un routeur, on en mettrait deux par exemple). Proxmox permet de virtualiser le hardware mais aussi le réseau. On peut créer l'équivalent d'un switch virtuel sur lequel sont connectés tous les câbles des machines virtuelles. L'avantage, c'est qu'on ait fait 3 ou 50 ports, on pourra ensuite dire à la machine virtuelle de se plugger dessus. On peut aussi faire un switch qui n'est pas connecté à internet si certaines machines doivent parler entre elles mais pas à l'extérieur. Et avoir un switch connecté virtuellement à internet
  
-Lors de la création d'une machine, **VirtlO** signifie qu'on utilise les couches physique du serveur, donc la carte réseau physique du serveur. Là aussi, on pourrait encore choisir un équipement particulier. +Un autre avantage de la virtualisation est ainsi qu'on peut créer des environnements qui sont proches de nos besoins en termes d'isolation ou de communication entre les machines. Par exemple, on pourrait faire un switch virtuel pour les autres associations, mais qui alors ne sont pas sur le même réseau que les machines de Neutrinet. Pour le moment, on a les switch vmbr0 et vmbr1. 
 +Lors de la création d'une machine, VirtlO signifie qu'on utilise les couches physique du serveur, donc la carte réseau physique du serveur. Là aussi, on pourrait encore choisir un équipement particulier.  
 + 
 + 
 +Une fois la machine créée on va encore édité certains paramètres :  
 + 
 +  * **Dans Options :** On change no en yes pour Start at boot 
 +  * **Dans Hardware :** On ajoute un port Serial 
 + 
 +A l'installation, on n'a que l'IP, la GW et le serveur DNS à donner à la machine et si l'on a bien configuré pfSense préalablement, elle pourra en déduire son nom de domaine. NB : pour le cluster PATATA qui contient les machines de la nouvelles infra, les machines ne communiquent sur ce réseau qu'en IPv6, on ne doit donc renseigner que l'IPv6.  
 + 
 +A la fin de l'installation, **on retire le CD/DVD, sinon il se bloque dans la machine. On redémarre ensuite la machine**
  
-Proxmox dispose d'un outil de par-feu permettant de gérer le par-feu de la machine dans Proxmox, on ne l'utilisera pas ici. 
  
 ## Migrations et backups ## Migrations et backups
fr/infra/notes_sur_infra_de_neutrinet.txt · Dernière modification: 2021/05/23 19:48 de celo